Plastique, Bio-plastique, Plastique biodégradable… Appelons un chat, un chat !


Comme vous pouvez l’imaginer, il m’arrive souvent de débattre de sujets liés à l’écologie, l’environnement… et bien souvent, quand on aborde la question des sacs plastiques, on me répond « Oui mais si j’utilise un sac plastique biodégradable, y’a pas de problème ! »…

Eh bien non… Y’a encore un problème. Plusieurs problèmes même 🙂

Commençons par nous mettre d’accord sur certaines définitions

Définition de « biodégradable » : « Substance qui peut, sous l’action d’organismes vivants (bactéries) se décomposer en éléments divers sans effet nuisible pour l’environnement. La biodégradabilité s’apprécie en prenant en compte à la fois le degré de décomposition d’une substance et le temps nécessaire pour obtenir cette décomposition. » (Définition DGCCRF, France)

Selon cette définition par exemple, un plastique biodégradable devrait donc en théorie disparaitre complètement dans la nature et ne plus laisser de traces de polymères synthétiques (matière plastique). Aussi, les règlementations de différents pays imposent que le plastique se dégrade complètement dans une période de 3 à 6 mois maximum.

Il y a 2 types de plastiques dits « biodégradables » : les « plastiques oxo-biodégradables »  et les « bioplastiques ».

Le « plastique oxo-biodégradable » (ou fragmentable) est fabriqué à base de polymères synthétiques auxquels on ajoute des additifs spéciaux (sels minéraux…) qui fragilisent le plastique et font qu’il se fragmentera plus vite.  On l’appelle donc aussi plastique « fragmentable », et les conséquences de cette fragmentation sont doubles :

–          D’une part le plastique ne se biodégrade, il se brise en micro-fragments qui se dispersent dans la nature et ne sont simplement pas visibles à l’œil nu. Ces micro-fragments pourraient se biodégrader à terme, mais uniquement sur un temps très long et dans des conditions de chaleur, d’humidité et de concentration de micro-organismes très spécifiques. Il y a donc un très fort risque de voir des micro-fragments qui polluent la nature pendant longtemps, et qui sont impossibles à collecter si l’on souhaite un jour nettoyer.

–          D’autre part, le plastique oxo-biodégradable étant fragilisé, il n’est plus recyclable ! L’action des additifs fragilisant la matière ne s’arrêtera tout simplement pas au moment du recyclage, et risque de fragiliser aussi les produits à base de plastique recyclé.

ATTENTION : En France, il est interdit d’utiliser le terme « biodégradable » pour parler des plastiques fragmentables ! La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) considère que l’usage du mot « biodégradable » pour un plastique fragmentable est une tromperie aux consommateurs. (cf Norme NF EN 13 432:2000)

 Le « bioplastique » ou « plastique compostable » est un plastique produit en partie avec une résine à base d’amidon de maïs ou à base de canne à sucre. Les produits à base de ce type de plastique portent généralement la mention « compostable ». En réalité, ce plastique n’est pas compostable dans un compost individuel car la température y est trop basse. Seul un composteur de grande taille peut servir, comme un composteur municipal ou celui d’une usine de compostage.

Au vu de ces 2 définitions, et si on compare avec les plastiques «conventionnels », on peut synthétiser comme suit les impacts environnementaux des différents plastiques au Maroc :

Impacts des sacs plastiques

En bref, vu qu’au Maroc nous n’avons ni la collecte sélective des sacs plastiques, ni les infrastructures de compostage ou de recyclage nécessaires, tous les types de plastique ont le même type d’impact : ils mettront de très nombreuses années à se dégrader et ils risquent fort de finir éparpillés à travers nos campagnes ou dans la mer.

J’ai sincèrement du mal à vous dire si le pire serait le plastique oxo-biodégradable qui se fragmente et devient invisible et impossible à collecter, ou plutôt le plastique conventionnel qui restera visible pendant quelques dizaines ou centaines d’années et qui sera dans tous les cas très difficile à collecter… Ces deux types d’impact sont affligeants, graves et à éviter !

Que dit la législation marocaine à propos des sacs plastiques ?

La production de sacs plastiques au Maroc est règlementée par la loi 22-10 du 16 juillet 2010.

Cette loi interdit la production de sacs non-dégradables et non-biodégradables :

« Il est interdit, dans les conditions fixées ci-dessous, la fabrication pour le marché local des sacs et sachets en plastique non dégradable ou non biodégradable. Est également interdit leur importation, leur détention en vue de la vente, leur mise en vente, leur vente ou distribution à titre gratuit. »

De plus, un arrêté conjoint des ministères de l’Industrie et de l’Environnement indique que « les sacs et sachets dégradables doivent être transparents ou de couleur blanche ».

Comment est appliquée cette loi ?

Tout d’abord, il faut savoir que les sacs plastiques au Maroc dont majoritairement issus d’unité de production informelle et ne respectant aucune règle. En gros seuls les sacs plastiques de certaines grandes surfaces et grands magasins sont conformes à la loi.

Concernant les sacs produits légalement et dans le respect de la loi, j’ai pu rencontrer un industriel producteur de plastique à Casablanca qui m’a expliqué comment il s’est adapté à la loi 22-10 : il a gardé la même matière première synthétique, et y a ajouté « 2 cuillères de poudre » pour que le sac plastique final devienne plus fragile et fragmentable (ou « oxo-biodégrable »)… et pour faire face à l’interdiction du plastique noir, ils ont apparemment simplement changé de colorant pour avoir des sacs blancs… No Comment ! Et ces pratiques sont légales en plus.

En clair, au lieu de protéger l’environnement, et les citoyens par la même occasion, la loi marocaine a poussé nos industriels à produire des plastiques qui vont se disperser dans la nature en milliers de petits morceaux et qui ne sont définitivement pas recyclables.

A mon avis, nos dirigeants doivent rattraper rapidement cette erreur et interdire une bonne fois pour toute la production et l’usage des sacs plastiques. Beaucoup de pays africains l’ont déjà fait avec succès : le Rwanda, la Mauritanie, le Burkina Fasso, la Côte d’Ivoire… alors pourquoi pas le Maroc ?!

Lien vers le texte de la loi 22-10 :
http://www.minenv.gov.ma/PDFs/pollution/sacenplastique.pdf
Quelques sources qui m’ont servi à écrire cet article :
http://vieenvert.telequebec.tv/sujets/578
http://www.notre-planete.info/actualites/actu_2834_plastiques_degradables.php
http://mobile.leconomiste.com/article/913768-sachets-en-plastique-comment-les-op-rateurs-ont-d-tourn-la-loi
Publicités

5 réflexions sur “Plastique, Bio-plastique, Plastique biodégradable… Appelons un chat, un chat !

  1. Salam,
    Bravo pour votre article et je suis d,accord avec vous. Cependant, je pense, en plus des lois qui doivent etre modifiees, c’est nous qui devons changer aussi en adoptant une consommation responsable.

  2. monsieur
    vos informations sont incomplètes .les oxo biodégradables sont bien bio dégradables . voir référentiel afnor AC 51-808 et ASTM 6954 . de plus fragmentés ils ne sont pas recyclables ,c’est vrai ,mais si ils sont fragmentés c’est qu’ils n’ont pas été collecté en temps utile . Les pays africains que vous nommés ont tous favorisés l’utilisation des oxo . Il faut quelques notions de chimie afin de comprendre qu’après une reaction en chaine la masse moléculaire d’un polymère devient faible et la matière devient bioassimilable . .

  3. La norme EN 13432 défini la compostabilité industrielle d’un matériau pas la biodégradabilité dans l’environnement .la mesure de la biodégradation se fait par les norme iso 14855,14851,14852.. ou 17556

  4. Monsieur ,

    Nous vendons une Usine complète de fabrication de compound avec un volume de 400Tn / mois, 11 lignes d’extrusion complètes, lignes granulateurs, peut faire vos propres granulés, des laboratoires très complets tout type de matériel, chariots élévateurs, grues, compresseurs,
    Atelier de maintenance complet, unité de réfrigération, air, eau, équipement de vide, des bureaux complets y compris plus de 60Tn des matières premières( environ 200 000 Euro), pigments de matériaux, additifs, bio polymères qui sont très coûteux.
    L’usine est dédiée spécialement à la fabrication mélanges maitres (Masterbatches) spéciaux et complexes pour le secteur d’injection et d’extrusion avec: ABS, PP, PC, PMMA, SAM, métallisée, ABS et PP avec charges de 40 à 65%, etc., et toutes sortes de mélanges maitres (Masterbatches) à demande du client avec une capacité
    Elle peut être visitée c’est tout près de Barcelone.

    Cette usine a une capacité de production 400 tonnes / mois de différents types de « compound » production.

    Le prix de La ligne complète est de 950 000 € Exwork.
    Toutes mes salutations

    Interbio Espagne

    mohauia@gmail.com

Postez vos "Zero Zbel Comments"

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s