The Final Zbel Diagnostic : comment ça marche ?

Tout comme je l’ai fait en août dernier au début de Zero Zbel Xperience, je pèse à nouveau et comptabilise tous mes déchets depuis le 1er décembre pour réaliser The Final Zbel Diagnostic et savoir précisément de combien j’ai réussi à réduire mes déchets.

Ceci est donc un petit billet rapide pour rappeler comment je procède pour évaluer ma production de déchets 🙂

Je procède de la même manière que pour le Zbel Diagnostic de départ :

– Pour les déchets qui passent par ma poubelle « à la maison », je pèse tout simplement les ordures que je génère, avec ma petite balance de cuisine (que je vous ai déjà présenté dans mon « Harraga Bag« ). Bien sûr, je pèse séparément chaque type de déchet (papier, verre, déchets organiques…).

– Pour les déchets que je génère hors de chez moi, c’est-à-dire les déchets de cuisine des repas que je prend à l’extérieur (restaurant, repas de midi au travail…), je comptabilise un poids forfaitaire de déchets : 150g de déchets organiques par repas (épluchures de légumeś, os…); et 20g de déchets non-organiques divers. Ces 20g prennent en compte les déchets liés aux portions d’emballages alimentaires, de contenants de produit-vaisselle ou autres déchets divers qui peuvent être utilisés en cuisine pour préparer mon repas, laver mes couverts etc. (je n’y inclut pas les éventuelles bouteilles, pailles etc. consommées à table). Pour déterminer ces poids forfaitaires, je me suis basé sur des études réalisées en France sur les déchets dans le domaine de la restauration.

n.b.: dans mon Zbel Diagnostic du mois d’août je n’avais pas pris en compte les 20g de déchets divers (je n’y avais tout simplement pas pensé…). Ça veut donc dire que je pourrais ajouter un peu plus de 400g aux 15kg de zbel que j’avais compté en août si je veux coller encore mieux à la réalité.

Une fois que j’ai comptabilisé tous mes déchets, je rajoute 10% à mon résultat global pour compenser les éventuels déchets que j’aurais pu oublier. En augmentant ainsi mon total global, je limite la marge d’erreur dans mes calculs et je suis sûr de ne pas être en-dessous de la réalité.

J’aurais bien aimé vous dire que, comme au mois d’août, je note tous mes déchets dans mon petit carnet… mais la réalité c’est que cette fois-ci j’ai un tableau Excel avec des graphs etc… personne n’est parfait 😉

Et pour les résultats finaux de Zero Zbel Xperience… Je vous donne rendez-vous le 1er janvier 🙂

Zero Zbel Xperience, quels résultats au bout de 2 mois ?

Ça fait 2 mois que je me suis lancé le défi Zero Zbel Xperience : j’ai d’abord pesé mes ordures pendant 1 mois pour avoir une idée de quels déchets je génère et dans quelles quantités. Après ça j’ai cherché des moyens de réduire mes déchets à la source, c’est à dire de repenser ma manière de consommer au quotidien.

Jusque-là l’expérience avance bien et donne des résultats plutôt satisfaisants : sans changer radicalement mon mode de vie, et sans devenir un homme des cavernes vivant nu dans la forêt, j’ai trouvé des moyens simples pour ne plus consommer de sachets ou de bouteilles en plastiques, ni de boites de conserve et autres emballages alimentaires, et j’ai aussi réussi à réduire considérablement ma consommation de papier, d’aluminium…

Toutefois, je n’ai pas encore réussi à me débarrasser de tous les déchets que je pourrais raisonnablement éliminer. Je pense par exemple à tous les emballages et bouteilles de produits d’hygiène (savon, shampoing, produits de nettoyage de maison)… La solution pour éviter ce dernier type de déchets serait sûrement de passer aux produits home made.

De plus, j’ai encore envie de mener quelques investigations pour savoir de quelle manière sont gérés les déchets que le casablancais jettent tous les jours. Il doit sûrement se passer plein de choses intéressantes dans les décharges comme celle de Mediouna par exemple…  Je sais qu’il existe certaines filières informelles de réutilisation et de recyclage des déchets, et j’aimerais bien en savoir plus là-dessus !

Pour la suite de Zéro Zbel Xperience, il me reste donc encore quelques défis à relever :

  1. Trouver un moyen de recycler ou valoriser les déchets qui finissent encore dans ma poubelle : beaucoup de déchets organiques, quelques bouteilles en verre, un peu de papier et de carton… ;
  2. Trouver des recettes pour fabriquer moi-même mes produits d’hygiène et de nettoyage (à partir de matière naturelle de préférence);
  3. Trouver un moyen d’avoir une idée plus claire sur ce que deviennent nos déchets une fois qu’ils sont emportés par le « camiou d’zbel» : Comment sont organisées les filières formelles et informelles de gestion des déchets au Maroc ? Quels déchets sont réutilisés et par qui ?

Mr Z to be continued

The Zbel Diagnostic – Petit point de méthodologie

Comment je procède pour effectuer mon Zbel Diagnostic ?

La méthode est tout ce qu’il y a de plus simple : avec une petite balance de cuisine, je pèse le contenu de mes ordures à chaque fois que je veux sortir mes poubelles, et je note sur un carnet pour tenir ma petite comptabilité. Je pèse bien sûr séparément chaque catégorie de déchet.

Les difficultés que je rencontre concernent surtout les déchets qui ne passent pas par la poubelle, par exemple les déchets que je génère quand je mange au restaurant (déchets organiques en cuisine, bouteilles en plastique, serviettes en papier, pailles…), ou encore le papier toilette 7achakoum qui finit (comme son nom l’indique) dans mes toilettes…

Dans le cas du restaurant, je note tout simplement à chaque fois combien de bouteilles, serviettes en papier et pailles j’utilise, et j’estime leur poids pour le comptabiliser. Pour les déchets organiques de cuisine, j’ai cherché des études sur le sujet sur le web, et je me suis basé sur des données calculées pour le secteur de la restauration en France :je compte ~150 grammes par repas au restaurant. Pour le papier toilette (re-7achakoum²), j’ai pesé un rouleau entier neuf, et je comptabilise son poids total à chaque fois que j’ai un rouleau vide dans ma poubelle…

Le tout est d’essayer d’être honnête avec soit même et de choisir des solutions cohérentes pour se rapprocher au mieux de la réalité, même si la démarche n’est évidemment pas scientifiquement irréprochable.

Quelles sont les catégories de déchets que je prends en compte ?

Voici un aperçu de la composition de chaque catégorie de déchet :

Les déchets organiques : tous les déchets naturels de cuisine (épluchures, restes de plats, os, pain sec…), les déchets issus des quelques plantes que j’ai en terrasse (branches, feuilles mortes…), bouchons de liège, baguettes de resto japonais…

Le papier et carton : assiette et serviettes en papier, boite de vache kiri, rouleaux de papier toilette, cartons de pizza, cartons d’emballage électroménager, papiers divers (tickets d’autoroute, tickets de caisse, feuilles imprimées), boite de médicaments…

Le verre : Bouteilles, ampoules…

Le plastique : pots de yaourt, sachets plastiques, bouteilles en plastiques 1.5L, bouteilles 50 cl, bouteille 33 cl, bidons d’eau de 5L, pailles, sachet de bonbons, emballage de sandwichs…

L’aluminium et autres métaux : cannettes, emballages de portions de vache kiri…

Autres déchets divers : emballages Bimo (alliage de plastique et d’aluminium), mégots de cigarette et paquets de cigarettes (merci aux potes qui les ont fumés chez moi ! Je suis un anti-tabac radical!), plaquette de Doliprane, sachets de Rhinomicine, pile…

Parmi ces déchets, il y a certains produits dont je peux me passer et qu’il sera facile d’éliminer de ma consommation courante. Par contre, pour d’autres déchets « plus indispensables » je vais devoir trouver un moyen intelligent de les valoriser (recycler, réutiliser…).

Je partagerai toutes les idées que je trouve au fur et à mesure  🙂

The Zbel Diagnostic – En 1 mois : 15 kg de déchets dans ma poubelle!

J’ai pesé mes poubelles pendant tout le mois d’août, dans le but de faire un état des lieux précis de tout ce que je confie au « camiou d’zbel » pour qu’il aille le jeter dans une grande décharge publique à ciel ouvert… Et voilà le résultat :

J’ai généré à moi seul 15 kg d’ordures en 1 mois !! En extrapolant un peu ça veut dire que je générerais 180 kg de zbel par an… Ce qui équivaut à 2,5 fois mon poids en déchets !

Moi qui me considère comme étant écolo, je tombe de haut… !

Si je compare à la poubelle moyenne d’un Français ou d’un Américain, je m’en sors plutôt bien : le Français produit en moyenne 2x plus de déchets que moi (~30kg/mois), et l’américain 4x plus (>60kg/mois)… Mais bon il n’y a aucune gloire à se comparer à de grands pollueurs.

Au Maroc selon mes calculs, basés sur les données 2011 du « Programme National des Déchets Ménagers », la production moyenne de déchets ménagers est d’environ 11kg par personne et par mois.

De quoi étaient composés mes 15 kg de zbel?

L’image ci- dessous montre la composition de mes ordures par type de déchets :

Zbel Diagnostic Graph Aout 2013

Maintenant il me reste 2 choses à faire : éviter tous les déchets que je peux éviter et trouver un moyen de gérer au mieux les déchets dont je ne peux pas me débarrasser.

Je me donne 4 mois (jusqu’au 30 décembre 2013) pour atteindre mon objectif Zero Zbel ! Le compte à rebours est lancé.