Plages-Poubelles : Les déchets plastiques et leur impact sur les océans

Comme on a pu le constater ces derniers jours, nous les Marocains (et les autres êtres humains aussi) avons la fâcheuse habitude de jeter beaucoup de déchets sur les plages… sachets en plastique, bouteilles et leurs bouchons, mégots, boites de conserve etc.

Tout cela fini immanquablement dans l’océan. Les déchets les plus lourds vont s’entreposer sur les fonds marins et ceux qui flottent se font emporter par les courants, loin… très loin… et finissent par former de nouveaux « continents de plastique » au milieu des océans!

Combien de déchets plastiques jette-on dans les océans ?

Le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) estime à 26 millions de tonnes par an la quantité de déchets plastiques jetés dans la mer au niveau mondial ! Pour noircir encore un peu plus le tableau, plusieurs études ont montré que la très grande majorité de ces déchets sont en réalité des « micro-déchets », des fragments de plastiques qui se sont effrités avec le temps et qui ne pèsent pas plus de 2 g en moyenne… Rien qu’en Méditerranée, on estime à 250 milliards le nombre de fragments de plastiques qui polluent la mer (source), et il va sans dire qu’il est quasiment impossible de ramasser des déchets aussi minuscules !

Pour l’anecdote, et de manière très poétique, ces micro-billes de plastique sont appelées « larmes de sirène »… Elles doivent être vraiment déprimées pour pleurer autant !

D’où viennent ces déchets ?

Certains bateaux déchargent bien sûr leurs poubelles au large, mais plus 80% des déchets plastiques retrouvés en mer proviennent des continents : des plages bien sûr, mais aussi et surtout des eaux usées déversées dans l’océan.

Les eaux usées transportent les petits déchets plastiques que nous jetons parfois dans nos toilettes (cotons-tiges…) dans l’évier de notre cuisine et dans le 9adouss quand on passe la serpillière  Elles charrient aussi tout plein de petits déchets jetés par terre dans les rues, qui finissent dans les égouts et sont jetés le plus souvent directement en mer sans passer par une station d’épuration.

Où vont ces déchets ? Les continents de plastiques existent-ils vraiment ?

Les « larmes de sirène » et autres déchets plastiques sont emportés par les grands courants marins, et se concentrent au beau milieu des océans sous l’effet des gyres océaniques (courants circulaires permanents situés à différents endroits du globe) et finissent par créer de nouveaux « continents de plastique ».

gyres océaniques

La plus grande concentration de déchets plastiques a été observée dans l’océan pacifique Nord, et est appelée « The Great Pacific Garbage Patch » (« la grande poubelle du Pacifique ») : sur une superficie de près de 3,4 millions de m², on trouve en moyenne plus de 330 000 fragments de plastique au km², sur une profondeur allant jusqu’à 30m ! (source : http://www.algalita.org/about-us/index.html)

dessous des carte - déchets

Les millions de tonnes de plastiques qui se retrouvent piégées dans les gyres océaniques mettent bien sûr en danger des centaines d’espèces marines et d’espèces d’oiseaux, qui avalent ces déchets plastiques.

Ci-dessous, la liste et la photo du contenu de l’estomac d’une tortue marine morte asphyxiée par les déchets (source : Surfrider Foundation) :

  • Contenu de l'estomac d'une tortueune semelle, des lunettes de natation,
  • des morceaux de caoutchouc et de plastique,
  • des boulettes de plastique, des épingles à nourrice,
  • des morceaux d’éponge synthétique,
  • des morceaux de filets en plastique, de bouteilles en plastique,
  • de nombreuses lanières en plastique, des morceaux de sachets en plastique
  • et une corde en polypropylène…

Et pour mieux illustrer ce phénomène en image, je vous invite à visionner les 2 vidéos suivantes :


Le Dessous des Cartes – Des îles de déchets ?

 

Plages-Poubelles : état des lieux après le 1er week-end de plage

Samedi 10 et dimanche 11 août, 35°C à l’ombre… C’est la ruée vers les plages!

Comme beaucoup de nos compatriotes je suis allé à la plage pour profiter de mon premier week-end post-ramadan. Sans surprise, voilà à quoi ressemblait la plage de Bouznika en milieu de journée :

20130811-171638.jpg

Étant mono-maniaque, j’ai bien sûr cherché à savoir ce qu’un plagiste pourrait bien faire des déchets qu’il produirait durant sa journée de plage… J’ai compté sur toute la baie nord pas plus de 4 poubelles, dont la moitié ne sont rien de plus que de vieux tarro d’zbel cassés visiblement posés là par des particuliers.

J’en conclu donc qu’aucun dispositif digne de ce nom de collecte des poubelles n’a été mis en place sur le sable de cette plage qui bénéficie pourtant, pour la 7ème année consécutive, du fameux eco-label Pavillon Bleu dont jouissent nos « plages propres » marocaines. Cherchez l’erreur…

 » L’obtention du ‘Pavillon Bleu’ est tributaire de la conformité de l’aménagement et de la gestion des plages avec des critères à respecter portant sur l’environnement général, la gestion de l’eau, la gestion des déchets et l’éducation à l’environnement. » Extrait du site web de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement

Pour rendre à César ce qui lui revient de droit (César étant en l’occurrence la commune de Bouznika), je dois reconnaître que quelques bennes à ordures existent au niveau de la route goudronnée qui longe la plage, mais ces bennes suffiraient à peine à contenir les poubelles des « cabanons » situés en front de mer…

20130811-212109.jpg

Poussé par la curiosité, j’ai décidé de rester sur la plage jusqu’au départ de mes amis plagistes… Juste pour voir à quoi ressemblerait cette belle baie après une journée de forte affluence. Voilà le résultat :

Certains plagistes ont décidé de laisser des traces de leur passage:

20130811-213536.jpg

D’autres plus « consciencieux » ont ramassé leurs déchets dans un plastique avant de les léguer à mère nature… Ceux là nous ont même laissé un indice : ils étaient 4 ! (Cf les gobelets)

20130811-213845.jpg

Il y a ceux qui ont eu la flemme d’aller jusqu’à la poubelle… À 5 mètres près c’était bon…

20130811-214002.jpg

Et enfin ceux qui ont fait preuve du plus de civisme ont pu jeter leurs déchets dans les rares poubelles disponibles… Malheureusement là l’Etat est défaillant car les poubelles sont sous-dimensionnées par rapport au besoin des plagistes!

20130811-214314.jpg

20130811-214332.jpg

Bref… Avec tout ça voilà à quoi ressemble un magnifique coucher de soleil sur l’une des plages les plus propres du Maroc :

photo (1)

Les plages-poubelles : 1er dossier thématique

Fini le Ramadan, bonjour les vacances !!

Pendant tout le mois de juillet nos plages étaient toutes propres, et toutes vides aussi parce que les Marocains boudent l’océan pendant le mois sacré. Maintenant que Ramadan est fini tout le monde retrouve les joies de la mer, les plaisirs des pic-nics sur le sable et le bonheur de manger des Binichô, des Polo et des Gervais-la-glace !

Si c’est un vrai plaisir de voir nos plages animées, il n’en est pas moins désolant de constater que nos amis plagistes ont la fâcheuse habitude d’abandonner sur place les restes des leurs pic-nics, les canettes et bouteilles qu’ils ont bu, les sachets plastiques, et parfois même des déchets plus insolites comme les couches du petit dernier de la famille qui a pourtant couru les fesses à l’air toute la journée au bord de l’eau…

Face a ce constat je pense que la thématique « plages-poubelles » mérite d’être creusée. Je vais donc en faire notre premier dossier thématique et publier une série d’articles sur le sujet pour explorer les comportements de nos concitoyens, les impacts locaux et planétaire des déchets que l’on déverse dans la mer, ou encore les moyens de réduire notre impact collectif et individuel.